Accueil du siteLa CommuneHistoire et patrimoine
   
Agenda
<<  Juin 2017  >>
LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293012
Brèves
Fermeture secrétariat de mairie
Le secrétariat de la mairie sera fermé le vendredi 26 et samedi 27 mai 2017
 
Articles pour le Chasné vous Intéresse
Nous vous rappelons que les articles pour le "Chasné vous Intéresse" doivent être déposés en mairie avant le 15 de chaque mois.
 

La paroisse de Chasné-sur-Illet est fondée au XIème siècle. Elle est donnée vers 1040 par ses possesseurs laïques à l’Abbaye de Saint-Florent de Saumur. Ces possesseurs sont, semble-t-il, à cette époque au nombre de dix, Arnaud, Gautier, Landri, Isembard, Renaud, Guineman, Goranton, Giraud, Roger et Anastase et forment un vrai conseil paroissial.

Au siècle suivant, l’abbaye de Saint-Florent est confirmée dans la possession de la paroisse de Chasné, en 1138 par Hamelin, évêque de Rennes, et en 1142 et 1186 par les papes Innocent II et Urbain 1112 (Archives départementales de Maine-et-Loire).

Au siècle suivant, l’église appartient à l’abbaye de Saint-Sulpice-des-Bois qui y établit un prieuré-cure occupé par des moines condonats. Nous ignorons comment eut lieu cette translation, mais il est certain que dès 1190 ces dames avaient d’importants droits à Chasné, et qu’en 1330 cette paroisse formait un prieuré-cure dépendant de leur abbaye.

A partir de ce moment, et jusqu’à la Révolution, l’abbesse de Saint-Sulpice présenta le recteur de Chasné. Toutefois, les moines de Saint-Florent conservèrent une partie des dîmes de Chasné, dépendant en 1490 de leur prieuré de Saint-Jean-sur-Couasnon. Un registre de Comptes des trésoriers de Chasné, de 1599 à 1653, nous apprend que cette paroisse avait coutume de se rendre processionnellement à l’abbaye de Saint-Sulpice tous les lundis de Pâques, et de faire tous les mardis de la Pentecôte une autre procession « autour des bleds » du territoire de Chasné.

On donnait aussi chaque année un dîner aux serviteurs de l’abbesse de Saint-Sulpice venant à Chasné percevoir ses droits. Un autre dîner était dû aux trésoriers eux-mêmes les jours de Pâques, Noël et la Toussaint. Notons encore dans ces Comptes les processions faites à Rennes, l’achat du vin pour laver les autels le Jeudi-Saint, et des chandelles pour éclairer l’église la nuit des Morts, et, enfin, l’acquisition de petits pots que les habitants charitables remplissaient de beurre et de miel, et que vendait ensuite la fabrique au profit de l’église (Archives paroissiales).

Le prieur-recteur de Chasné recevait une portion congrue, payée partie par l’abbesse de Saint-Sulpice et partie par le prieur de Saint-Jean-sur-Couasnon (Archives départementales d’Ille-et-Vilaine, 27 H, 12). Mais sur la cure de Chasné était due au prieur de Notre-Dame de Vitré une rente de 31 boisseaux de froment rouge, mesure de Fougères, payable le jour de la Nativité de Notre-Dame. Peut-être cette rente rappelait-elle une donation faite dès 1187 à l’abbaye de Saint-Melaine (dont dépendait Notre-Dame de Vitré) par Pierre de Chasné, en expiation du meurtre d’Hamon le Vicaire, tombé sous ses coups (Archives départementales d’Ille-et-Vilaine, 18 H, 15) (Pouillé de Rennes).

Chasné-sur-Illet possédait un château composé de trois mottes appartenant à la famille Chasné jusqu’au XIIIème siècle. Dès le XVème siècle, la seigneurie passe entre les mains de la famille Montbourcher puis est unie à celle du Bordage au XVIème siècle. La paroisse de Chasné-sur-Illet dépendait autrefois de l’ancien évêché de Rennes.

On rencontre les appellations suivantes : ecclesia de Catheneia (au XIème siècle), Chahaneium (en 1138), Chaeneium (en 1186).

Informations extraites de www.infobretagne.com